Marathon de SNEEK

Un marathon en semi-nocturne en Hollande, pourquoi pas ? Le seul Batave du groupe maratrail avait proposé en début de saison d'emmener quelques marathoniens avec lui dans son fief .

 Le mardi 19 juin est le jour que s'est fixé le groupe, avec les épouses pour certains, pour s'expatrier dans le Nooorrrd . 8-3=5+2=7+1 le compte sera bon d'après notre prof de maths, alors en avant qui à 6h du mat (Marcel), qui à 7 (Loulou et Christophe). Voilà les précurseurs en route.

L'heure du départ, la circulation, et l'étude d'itinéraire, feront que les seconds doubleront les premiers dès le passage de Roissy. Regroupement et route commune (enfin c'est ce qui était prévu), mais le contournement d'Anvers manqué (petite défaillance de l'orienteur) qui ne comprend rien aux indications en Belge,et nous voilà dans un labyrinthe ,qui fait que de nouveau les derniers se sont retrouvés les premiers à Haarlem,quartier d'Amsterdam, lieu de séjour. 

Mercredi, arrivée de Marco et son épouse sans encombre avec un temps record (5+2=7... vous suivez?) Après midi consacré à une super visite de la ville d'Amsterdam avec passage dans les petites rues chaudes,afin de humer l'air saturé de quelques effluves d'herbe euphorisante (nous avons dû accélérer le pas afin de ne pas se retrouver "positif" à la sortie). Le clou de l'après-midi étant la balade en bateau sur les canaux de la ville, à la découverte des quartiers les plus remarquables.

 Il en restait un (Frédéric) qui est arrivé le jeudi par avion de Bordeaux et à rejoint le groupe directement au Rijks muséum (REMBRANDT) objet de la deuxième visite après le musée VAN GOGH la veille. (7+1=8) tout le monde est présent. Pas besoin de sortir la calculette : on peut enfin se concentrer sur l'objet du séjour qui reste le marathon.
 
Vendredi, il faut se déplacer vers le lieu de la course, s'installer et s'imprégner de  notre environnement. Notre responsable du séjour retrouvant sa langue natale, nous invite à visiter le pays et faire connaissance avec quelques lieux qui lui sont chers. Il faut dire que pendant ce temps nous n'avons pas négligé les apéritifs en communs, voire quelques bières pour les plus durs. Il faut bien vivre et nous ne sommes pas des moines. Quoique ...

Samedi,  c'est le jour où il faut faire les emplettes (les épouses s'y collent , les hommes ont l'esprit ailleurs  : comment va se passer ce marathon ? j'en entends déjà de la bande restés à Saumur penser que nos esprits se sont surtout égarés à la vue de l'allure élancée de la blonde gent féminine -ce qui n'est peut-être pas faux.)
Enfin c'est l'heure de se préparer se concentrer, les tenues aux couleurs du C.A.P.S sont fièrement arborées (la couleur orange dominante est très remarquée au pays) après quelques clichés fixés sur la pellicule, nous voilà partis.
Après un petit échauffement, quelques échanges sur la stratégie de course et l'allure pour chacun, perception de la casquette avec leds incorporés, nous voilà sur la ligne trépignant au soleil couchant. 5-4-3-2-1-0. Il est 19 heures. C'est parti, les chronos déclenchés, bonne chance à tous.

Pendant ce temps nos accompagnatrices, aguerries aux pérégrinations de leur coureur ne sont pas restées scotchées au départ : informées des lieux de passages, les voilà déjà en route.
Pas facile car la priorité c'est d'abord les vélos,et les bateaux que l'on peut croiser ou suivre dans les prairies car les canaux sont nombreux et sont un des principaux moyens de déplacement. Elles nous retrouveront à trois reprises, là où nous ne les attendions pas : ça c'est le métier de groupie qui ressort !
L'ambiance est chaude sur tout le parcours, sur les digues, sur les voiliers amarrés pour la circonstance, dans les fermes, au bord des routes. Les Hollandais sont regroupés et font la fête sans oublier de crier, chanter et applaudir au passage surtout s'ils aperçoivent la couleur orange au loin.

Le parcours se déroule sans problème ou presque, la fatigue,les crampes survenant vers le 35ème, en fonction de l'état de préparation ou de l'allure un peu trop élevée dans la première partie marqueront les visages sur la ligne d'arrivée.
Cinq mousquetaires satisfaits d'en finir, et heureux d'avoir découvert ce joli pays et d'avoir pu participer à la fête du sport en général  avec à la clé deux victoires en catégories élevées (on ne rit pas).

A conseiller

Loulou

Photos et résultats